Mon année sportive 2020

31 décembre 2020
10 min
Mon année sportive 2020

L’année 2020 se termine. Même si les chiffres sont globalement bons, ils ne reflètent pas mon année en dent de scie où je suis passé par toutes les émotions.

Récit

De janvier à avril, je cours 100 km par mois comme en 2019 sur la même période.

google docs image 31036eaf 037f 5007 bb5a c72d5412ba7f

Contrairement aux années précédentes où je pratiquais le vélo quasi exclusivement pour du vélotaf à raison de 200 kilomètres par mois sur les premiers mois de l’année, je commence fort l’année sur le vélo grâce à Zwift qui me permet d’accumuler les kilomètres et le dénivelé virtuellement le matin avant le travail lorsqu’il fait nuit et froid dehors.

google docs image 8694b03f 5f90 5776 844a 9e8d9e15f924

Je prends vraiment du plaisir à me dépasser et à me lancer des défis. Je réussi à monter l’Alpe du Zwift, la réplique exacte de l’Alpe d’Huez, en moins d’une heure.

Je me prends au jeu et participe même à des compétitions, dont le tour de Zwift.

En deux mois, rien que sur Zwift je reste 24h sur mon vélo, roule virtuellement 600 kilomètres et grimpe 11.500 mètres de dénivelé positif.

En mars, je me sépare avec grand regret de mon Home Trainer car mon déménagement au Canada est prévu à la fin du mois.

Déjà nostalgique avant de partir, je souhaite laisser ma trace sur les parcours où j’ai adoré courir à Toulouse. Je fais la chasse aux records.

Finalement la pandémie prend de l’ampleur et le monde entier se confine. Les avions sont cloués au sol, les frontières fermées. Mon départ a l’étranger étant reporté, nous quittons la ville pour l’air frais de la campagne. Je promène Oïka dans la forêt.

google docs image 7e749645 7dda 5559 bae3 b5250891b2b3

J’équipe mon vélo de route de sacoches et m’en sert pour faire les courses chez les producteurs locaux. Être à la campagne, laisser la voiture au garage et ne se servir que du vélo pour les déplacements du quotidien, ça se rapproche de mon idéal de vie.

google docs image 8bc36797 828d 5949 9b03 8b934bb5f737

Vient ensuite avril : le mois d’Or. Me sentant de mieux en mieux, j’augmente la fréquence des sorties et allonge les distances jusqu’à réaliser une performance que je pensais impossible pour moi. Alors que je n’avais jamais atteint les 200 kilomètres en courant, j’ai parcouru 300 kilomètres en Avril tout en grimpant 6000 mètres de dénivelé positif.

google docs image d1a333c3 d603 5a77 abfc c32c33642096

Tout ça avec seulement 3 jours de repos dans le mois car entre les sorties de course à pieds je cale quelques sorties de VTT où je roule 400 kilomètres et grille 5500 mètres de D+.

google docs image 90c27bf3 bbc8 5942 a9ca 0e8f68f3cdec

C’est avec les chaussures de mon grand-père, parti trop tôt, que j’ai accompli cet exploit J’espère qu’il est fier de moi. Les chaussures étaient neuves mais je ne les ai pas ménagées et, chose rare pour moi, la semelle se décolle. Je m’en sépare avec beaucoup d’émotions.

Les chaussures rendent l'âme après 300 kilomètres en un mois
Nike Zoom Vomero+ 7 HS

Pendant ce temps, les quatres cyclistes vivant sous le même toit sortent faire quelques tours de vélo au fin fond de la forêt, tout en restant cachés.

google docs image ce7d48c4 1fd9 5d79 b11e 59d7b51f7b44

En mai, je change de terrain d'entraînement et passe 3 semaines dans l’Aude où je troque les sentiers forestiers pour des cailloux et du dénivelé.

google docs image cad7be42 466e 556a b860 1859ea4302d0

Après une semaine je commence à sentir une forte gène sur un tendon d’achille qui reste présente au repos. C’est le début des ennuis. Je prends quelques jours de repos mais ça ne suffit pas. La douleur est aussi présente sur le vélo mais j’essaie de forcer plus sur l’autre jambe.

google docs image 3f14d80d deea 5d8a b17b 09500e34188b

Une semaine plus tard, je reçois la paire de Vibram Five Fingers que j’avais commandé avant de me blesser alors que je pensais ma foulée prête après de nombreuses années d’adaptation. Je ne peux bien entendu pas résister au fait de les essayer !

google docs image 341c35ae 2640 50d3 8fe7 b198a95e4574

L’expérience vécue lors de ma première sortie ne fut pas celle à laquelle je m’attendais. Passé l’excitation des foulées légères des premiers kilomètres, les sensations se sont dégradées par la suite. Mes tendons d’achille ont énormément souffert, et ce sont désormais les deux tendons d’achille qui sont enflammés.

Je tente une sortie VTT avec Daisy qui déteste les vélos. Après 10 minutes à lutter pour avancer sans qu’elle essaye de manger la roue du vélo, elle comprend enfin qu’on peut aussi se promener en vélo !

google docs image b13deb88 316a 5b10 9fd5 91335c8cb73e

Je ne peux pas résister à célébrer la journée mondiale de la course à pied et je cours un semi marathon une semaine plus tard. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. La douleur s’est intensifiée, je tente un mois de repos de course à pied tout en continuant le vélo.

google docs image af39f1af b171 57a3 a5ba d260c6654e1e

STRAVA EMBED Journée mondiale de la course à pieds

Mi-juin, alors que je pars pour un tour à un rythme tranquille, j’emprunte une route super roulante où je roule à plus de 30 km/h.**Je me lance un challenge et me donne à fond le reste de la sortie pour parvenir à finir ma première sortie de 100km avec 1000m de D+ à 30km/h de moyenne**.

google docs image 0a6b0e14 4ff9 5e2b 88a8 b4372fc064e1

Une semaine plus tard, alors que nous partons en vacances en Provence, je cherche les parcours sympa du coin. Je découvre avec étonnement que le Mont Ventoux est à proximité. Je me dois de monter ce col légendaire ! Je décide de partir de Bédoin pour vivre la plus emblématique des ascensions ainsi que les émotions d’un coureur du Tour de France. N’hésitez pas à relire le récit de mon ascension.

google docs image ee3a213d e4a8 5f1b 98ea 9af6534f4d9f

Je nage pour la première fois de l’année dans un étang et j’y prends goût. C’est décidé je recommence à nager à mon retour !

Après 5 matinées de vélo consécutives en Provence où je vois de superbes paysages, je passe deux jours dans l’Hérault. En m’éloignant un peu de Montpellier, je découvre avec étonnement de magnifiques paysages remplis de verdure. Non loin du Parc National des Cévennes, le rendez-vous est pris pour une prochaine fois.

google docs image ec7edf74 a293 588f 9a0e 52a256ada0dd

Pour rejoindre Sète, je roule entre étangs et mer sur une route Gravel.

google docs image eebde452 fe8b 5055 8d06 82c465b037d6

Après un mois de Juin rempli de vélo où j’en ai pris plein les yeux, retour en Dordogne. Je m’aventure maintenant jusque dans le Lot.

google docs image 92e66d1d 21ed 5830 94c6 ed14d562d345

Je veux explorer des routes plus lointaines ! J’achète des sacoches de cadre dans le but d’expérimenter le bikepacking.

google docs image 76a43955 2a2c 53bc be76 f600244499c4

Je ne perds pas de temps. Une semaine plus tard, je pars pour une aventure de 2 jours. en allant dormir chez un ami près de Bordeaux. Je ne prends avec moi que l’essentiel car l’espace dans les sacoches est très réduit : un maillot de bain, un t-shirt, de quoi m’alimenter et réparer sur la route.

google docs image 17dce8cd 8f18 54d3 947f df63538fd8c8

Mi-juillet, direction l’Auvergne. J’emprunte la route des Volcans mais la pluie et le brouillard m’empêchent de profiter de la vue.

google docs image af207c22 7e6f 557d bf0c b84d6f7bde81

2 jours plus tard, le soleil refait surface. Je planifie un magnifique parcours de 105km et 1900 D+ qui débute en Auvergne pour rejoindre le Cantal en passant par le Mont-Dore et la Tour d’Auvergne. J’en prends plein les yeux.

google docs image 2b9e9894 1f9a 5f4a b600 f603f8f41b0a

J’arrive au pied d’une belle montagne. On m’apprend que c’est le célèbre Puy Mary, sommet le plus haut du Cantal, arrivée d’une étape du Tour de France cette année. Je veux grimper ce col !

Je ne perds pas de temps. Le lendemain, je m’élance sur les pentes du Puy Mary depuis Cheylade.

google docs image 5c9e8823 18dd 5c41 bded 2fc4ff7266fe

Je me régale. Arrivé au sommet, le col du Pas de Peyrol, je suis rempli d’énergie. Je redescend de l’autre côté direction Mandailles et grimpe de nouveau au sommet par la même route.

google docs image 73c53ba3 7ffb 51ac 9436 0f0e570685af

Des cyclistes s’accrochent à ma roue et je les tire sur plusieurs kilomètres mais ils ne me dépassent pas. Je regarde en arrière au bout d’un moment et vois avec étonnement deux semi-professionnels équipés de la tête aux pieds par leurs sponsors. On échange quelques mots puis ils me dépassent. Tant pis pour les photos, je ne m’arrête pas, je me prends au jeu et essaye de rester dans leurs roues le plus longtemps possible. Je craque malheureusement à un kilomètre du sommet après 10 kilomètres d'ascension. Ce fut une belle expérience, je me suis régalé !

Ces longues sorties m’ont donné des ailes. Je réfléchi déjà à un parcours de 200 kilomètres. Je cherche des solutions pour avoir moins mal aux fesses et réduire les irritations. M’intéressant au milieu du bikepacking je découvre la selle Infinity, inventée par un Chiropracteur Américain, qui semble faire des miracles à ce niveau là, au point de ne plus avoir besoin d’un cuissard avec de la mousse ! Je décide, après lecture et visionnage de nombreux tests, de faire importer cette selle.

google docs image be078d67 44b1 55b1 ab56 a29db3ceb520

J’effectue tous les réglages recommandés et l’essaye sur une sortie de groupe le lendemain. Très vite, une douleur s’installe au genou mais je ne m’inquiète pas outre mesure. Même si la douleur semble s'intensifier, elle ne m'empêche pas de pédaler. Puis je crève après 55 kilomètres et je dois m'arrêter pour réparer.

google docs image 2111d332 a06f 5f16 85de 0709a5c61a76

Mon corps se refroidit et mon genou me fait très mal. C’est moi le meneur du groupe et je ne veux pas décevoir. Je m’acharne à terminer le parcours que j’avais prévu. La douleur me gène à chaque coup de pédale mais je parvient à terminer en moulinant.

Grave erreur. L'après-midi, je boite énormément. Mon genou est bloqué. Le moindre mouvement me fait souffrir. C’est le drame. Après les tendons d'achille qui m’empêchent de courir, le genou m'empêche de faire du vélo en plein été ! Je démonte la selle et la renvoie illico de l’autre côté de l’Atlantique. Même si ça m’a coûté un bras en frais de douane pour la faire importer des Etats Unis, je ne veux plus en entendre parler.

google docs image 058617df 6afc 58c5 b869 2aa0c8d821cd

Je tente 10 jours sans vélo mais la reprise réveille la douleur et je suis obligé de rentrer après 10 kilomètres. Même chose après encore 15 jours de repos.

google docs image b01711d7 0b5e 549b af42 85211d27587e

Pour me défouler, je nage durant l’été 37 kilomètres. J’expérimente à 4 reprises la distance de 3 kilomètres, 200 longueurs dans une piscine de 15 mètres, en ne m'arrêtant qu’une seule fois à mi-distance pour boire quelques gorgées d’eau.

Je pars quelques jours à la mer sans mon vélo où je ne peux pas résister à l’idée de courir sur La Clape.

google docs image 72b32d5a 35c7 5a2e bc40 276efd617f9a

Fin août j’arrive de nouveau à faire une petite sortie tranquille de 50 kilomètres.

google docs image e5599a8a a505 57bc 812c dc90e17c0667

Début Septembre, alors que je viens de devenir Papa, une douleur au mollet droit fait son apparition dans une montée sans prétention. La fatigue joue sans doute son rôle.

google docs image 8f52ca04 0447 5e1a a468 5dc24a88a4f4

Alors que je ne cours déjà plus beaucoup à cause de mes tendons d’Achille, je dois également réduire le volume en vélo. Les courbes de 2019 me rattrapent et je ne ne peux pas m’accrocher au wagon.

google docs image 9582e93c 73f9 5ff9 b880 72ebed646139

Je continue néanmoins à sortir car les douleurs ne semblent pas s’amplifier.

google docs image 4fed7fe1 fcee 5b26 a914 8533fa023011

En novembre, je me décide enfin à aller voir le kiné qui me fait faire du renforcement musculaire à raison d’une fois par semaine. Lorsque je cours j’essaie d’augmenter la cadence entre 170 et 180 pas par minutes et de courir plus à plat pour diminuer la charge sur la chaîne postérieure.

google docs image b3a660de 1af4 57c0 b22f bd0aa5b1100a

Pour les fêtes de Noël je redescend dans l’Aude et saisi ma dernière chance d’améliorer mon temps sur la montée jusqu’au Signal de l’Alaric. Le segment me fait de l'œil depuis un moment. Le sommet est dans les nuages mais je réussi à obtenir le KOM.

google docs image 60c7f1d6 0199 542c b60f 82df23c086f5

Chiffres

AnnéeDistance
(kilomètres)
Dénivelé
(mètres)
Durée
(heures)
Actif
(jours)
Repos
(j, j/sem)
20206.900101.600411252113 (2,2)
20197.00065.70045428382 (1,6)
Δ- 100+ 35.900- 43- 31+ 31

En 2020, j’ai été actif 252 jours ce qui m’a laissé 113 jours de repos pour une moyenne de 2,2 jours de repos par semaine.

J’ai passé 411 heures à faire du sport cette année. En étant actif 30 jours de moins qu'en 2019, j’ai réussi à parcourir quasiment le même kilométrage. L’augmentation du nombre de sorties longues a bien aidé.

J’ai dépassé la barre symbolique de 100.000 mètres de dénivelé positif pour la première fois, ce qui équivaut à grimper plus de 11 fois l’Everest !

Course à pieds

AnnéeDistance
(kilomètres)
Dénivelé
(mètres)
Durée
(heures)
Nombre
2020138525.850124105
2019150010.950140113
Δ- 115+ 14.900- 16- 8

J’ai parcouru 1400 kilomètres en courant cette année.

Mi-mai, parti sur un rythme de 160 kilomètres par mois, j’étais en avance de 250 kilomètres par rapport à 2019. Malheureusement, je n’ai pas pu continuer sur cette belle lancée mais je peux envisager courir 2000 kilomètres en un an, à condition de réussir à ne pas me blesser.

Je termine à seulement 100 kilomètres de mon année record avec tous ces pépins physiques. C’est plutôt encourageant pour la suite.

J’ai grimpé 25.000 mètres de dénivelé positif, alors que je n’avais jamais dépassé les 11.000 mètres sur une année. Alors que j’ai tendance à me focaliser uniquement sur le kilométrage, j’ai amélioré ma meilleure marque de 15 kilomètres sans m’en rendre compte. C’est 2,3 fois plus qu’en 2019 où j’avais déjà augmenté par 2,7 par rapport à 2018.

Cette progression a augmenté la charge sur mes tendons d’achille ainsi que sur mes mollets. Cela a forcément eu une incidence non négligeable sur leur fatigue et l'apparition des blessures.

Vélo

AnnéeDistance
(kilomètres)
Dénivelé
(mètres)
Durée
(heures)
Nombre
20205.35075.250255151
20195.25944.150252322
Δ+ 100+ 31.100+ 3- 171

J’ai passé plus de 250h assis sur une selle pour pour parcourir 5300 kilomètres, dont 600 virtuels. Ces chiffres sont identiques à ce que j’avais réalisé en 2019, pourtant les années ne se ressemblent pas.

J’ai gravi 75.000 mètres de dénivelé positif. Comme en course à pied, j’ai considérablement augmenté les ascensions de 170% par rapport à 2019 pour 30.000 mètres en plus.

N’habitant plus en ville, j’ai réduit le nombre de mes déplacements en vélo qui étaient bi-quodidien l’année passée.

Natation

AnnéeDistance
(kilomètres)
Durée
(heures)
Nombre
2020371526
201922917
Δ+15+6+9

Jusqu’au 23 Juin je n’ai pas du tout nagé. Mais c’est surtout lorsque les blessures m'ont empêché de courir ou de faire du vélo, au milieu de l’été, que j’ai nagé pour rester actif.

Il faut avouer qu’avoir une piscine de 15 mètres sur place a bien aidé. J’ai allongé la distance type de mes sorties habituelles de 1000 à 1500 mètres. J’aime bien les chiffres ronds quand je nage en piscine et ça reste compliqué de faire 1000 mètres dans une piscine de 15 mètres. Il faudrait faire 66,66 longueurs !

30 kilomètres en deux mois, c'est du jamais vu pour moi.

Bilan

J’aurais aimé terminer l’année 2020 sans blessures pour réattaquer fort en 2021 mais je vais devoir me contenir encore un peu.

Fin décembre, j’ai toujours mal aux deux tendons d’Achille et au mollet droit. Le plus dur semble toutefois derrière moi. Les douleurs me gênent mais ne m’empêchent plus de pratiquer. Je dois cependant m'astreindre à rester dans ma zone de confort.

Cependant le tableau n’est pas tout noir. Mêmes si des blessures sont aussi venues gâcher la fête, je suis fier de constater tout ce que j’ai accompli lorsque je regarde en arrière :

  • Course à pieds
    • 1400 km
    • 25.000 m D+
    • 300 km sur un mois
    • 6000 m de D+ sur un mois
  • Vélo
    • 5300 km
    • 75.000 m D+
    • 7 GranFondo (+ 100 kilomètres)
    • 1 sortie de 100 km 1000 D+ à 30km/h
    • 1300 km sur un mois
    • 12.000 D+ sur un mois
    • Le Mont Ventoux
    • Le Puy Mary
    • Un pied dans le bikepacking
  • Natation
    • 37 km
    • 4 fois 3 km

Malgré toutes les mésaventures qui m’ont freiné cette année, j’ai encore progressé sur de nombreux points et 2020 a été une année riche en nouveaux records.

Espérons que le bilan de 2021 soit aussi positif.

Partages
Commentaires